Porsche a écrit les plus belles pages de son histoire en compétition automobile aux 24 Heures du Mans. Dans les mois à venir, le musée Porsche entend célébrer le lien qui unit la classique mancelle à la marque en organisant des événements autour de « L’histoire à succès de Porsche au Mans ». L’épopée de la marque sur la course mythique de la Sarthe commence en 1951. Cette année-là, Porsche remporte une première victoire de catégorie avec la 356 SL. Le triomphe du Coupé Porsche en alliage léger a été suivi de 107 autres victoires de catégorie et 19 victoires au classement général. 70 ans plus tard, Porsche annonce le lancement d’une série baptisée Porsche Moments dédiée à la glorieuse histoire de la marque sur la mythique course d’endurance, avec six épisodes retraçant les moments de gloire qui ont jalonné l’histoire de la marque aux 24 Heures du Mans. Cet événement sera célébré à la fois dans les médias, à l’international par une exposition itinérante et sur le site historique de la marque, à Zuffenhausen. « Avec la série Porsche Moments, nous mettons en lumière des exploits dans l’histoire de la marque qui ont façonné l’entreprise, ses produits et son parcours en compétition. Ces moments marquants sont reconstitués dans un souci d’authenticité grâce au témoignage des acteurs de ces exploits sportifs. Nous invitons les amoureux de la marque à partager avec nous ces moments Porsche sur les réseaux sociaux », déclare Achim Stejskal, directeur Porsche Heritage et musée Porsche. Timo Bernhard, vainqueur au Mans et Champion du monde d’endurance, guide les visiteurs à travers les différents épisodes de cette série. À Zuffenhausen et à Weissach, il part à la rencontre des hommes et des machines qui ont participé à ces épisodes glorieux de la marque.

Pour le premier épisode, Timo Bernhard a invité un compagnon de route qu’il n’avait pas revu depuis deux ans : Fritz Enzinger, vice-président de Porsche Motorsport. Le directeur général du département Compétition a mené la marque à trois victoires au classement général aux 24 Heures du Mans. La rencontre, qui a lieu devant le bâtiment en briques de l’usine 1, s’apparente à un rendez-vous entre amis. Les deux hommes incarnent la légende du Mans à Zuffenhausen. « La confiance et l’amitié sont la clé du succès en compétition automobile », explique Fritz Enzinger en sortant de la 356 SL. L’abréviation SL signifie Super Légère. Avec sa carrosserie en aluminium, le Coupé ne pèse que 680 kg, près de 120 kg de moins que les modèles 356 Coupé en acier produits par le carrossier Reutter à Stuttgart à partir de novembre 1949. « Wilhelm Hild, qui faisait partie de l’équipe d’usine Porsche, avait affublé la 356 SL d’un surnom affectueux : la canette en aluminium », révèle Fritz Enzinger avec malice. En interne, la voiture porte le nom de « Type 514 Porsche Sport pour Le Mans 1951 ».

À partir de 1948, Porsche construisit 44 modèles Type 356/2 Coupé sur son site d’origine à Gmünd in Kärnten, en Carinthie (Autriche). 11 caisses en blanc furent par ailleurs livrées à Stuttgart pour être assemblées sur la chaîne de ferrage. Le modèle présenté pour ce premier épisode de la série Porsche Moments a été construit en 1952. La voiture s’inscrit dans la lignée de la 356 n°46 qui remporta un an plus tôt la victoire dans sa catégorie au Mans. « Il faut s’imaginer ce que ça représentait à l’époque : la voiture d’une puissance inférieure à 50 ch avait parcouru 2 840,65 km sur le circuit du Mans à une vitesse moyenne de 118,36 km/h. C’était en 1951 ! Avant de participer à la course, la voiture avait dû rallier le circuit sarthois par la route. C’est aussi par les routes de campagne que la voiture est retournée sur ses terres, à Zuffenhausen », précise Fritz Enzinger. La voiture victorieuse au Mans était pilotée par Auguste Veuillet, l’importateur des modèles Porsche en France, et par son compatriote Edmond Mouche. Deux pilotes pour une course de 24 heures : rien de plus normal à l’époque.

La rencontre entre Timo Bernhard et Fritz Enzinger devant le bâtiment de l’usine 1 symbolise le chemin parcouru par Porsche de Zuffenhausen jusqu’au Mans pour la première victoire de catégorie de la marque. À l’époque, l’équipe de course était partie des ateliers de carrosserie Reutter. « Aujourd’hui, il n’est plus imaginable de conduire les voitures de course par la route jusqu’au circuit du Mans », explique Timo Bernhard en repensant au périple de 11 heures pour arriver sur site le 16 juin 1951. « Le départ pour la Sarthe fut donné à 7h15, Ferry Porsche avait salué les membres de l’équipe avant le départ », raconte Fritz Enzinger en montrant des photos qui immortalisent cette première victoire de la marque sur le circuit sarthois et en feuilletant le journal de bord du concepteur en chef de la marque à l’époque, Karl Rabe. Le pilote de course Auguste Veuillet et le directeur de course des 24 Heures du Mans Charles Faroux étaient parvenus un an auparavant à convaincre Ferdinand et Ferry Porsche de prendre part à l’épreuve d’endurance du Mans au salon automobile de Paris.

Le chemin parcouru jusqu’à la première victoire de catégorie le 24 juin 1951 est semé d’embûches. En effet, deux des trois modèles utilisés en compétition et pour les essais sont accidentés avant même le départ de la course. Tous les espoirs se portent alors sur la sportive ultralégère équipée d’un moteur à plat quatre cylindres de 46 ch haute performance. « Quand une Porsche remporte la victoire au Mans, c’est toute l’entreprise qui vibre », se souvient Fritz Enzinger. « Cela devait sûrement être le cas lorsque la 356 SL remporta la première victoire de catégorie aux 24 Heures. Le Mans est un lieu absolument magique. » Fritz Enzinger se remémore la victoire remportée en 2015. C’est l’un de ses plus beaux souvenirs en France : « Nous menions la course depuis le début des essais libres. Nous vivions les événements avec une rare intensité. La tension était à son comble au moment de franchir la ligne d’arrivée. » Pour Timo Bernhard, son meilleur moment au volant d’une Porsche, ce fut la victoire au général en 2017. « Pour gagner trois fois d’affilée, il faut avoir la meilleure équipe en compétition. Nous avions 21 nationalités dans l’équipe, mais nous avions tous le même objectif ». Pour la petite histoire, Fritz Enzinger raconte qu’il réservait toujours la même chambre d’hôtel, la numéro 424, pour calmer ses inquiétudes la veille de l’épreuve, une tradition qu’il avait entamée en 2014. Mais chez Porsche, il y a des traditions qui n’ont rien à voir avec la superstition : le transfert de technologies de la compétition à la production de série. Cette tradition perdure aujourd’hui encore. « Les circuits de course sont des laboratoires d’essai grandeur réelle où sont mises à l’épreuve les technologies de demain. Chez Porsche, les solutions novatrices doivent être éprouvées dans les conditions les plus exigeantes avant de pouvoir être transposées sur des modèles de série », explique Timo Bernhard. « Sur le chemin du retour, le moteur de la 356 SL était enfin bien rodé, si bien que la voiture avait gagné 4 chevaux supplémentaires, comme certains l’affirment », précise le pilote de 40 ans.

Pour narrer la glorieuse histoire de Porsche au Mans à travers le monde, l’entreprise entreprendra un roadshow de juin 2021 à janvier 2022, en parallèle des rendez-vous événementiels « Porsche Moments ». Cette exposition itinérante comprendra 14 étapes dans 10 pays différents, dont la France, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, les États-Unis, la Chine, les Émirats arabes unis et l’Allemagne. Les amoureux de la marque pourront découvrir une vingtaine de modèles de légende qui se sont imposés sur la mythique course d’endurance de la Sarthe, que ce soit dans des expositions statiques ou lors de démonstrations dynamiques. Dans tous les Porsche Experience Centers du monde, des espaces aménagés baptisés Heritage Corners permettront aux visiteurs de redécouvrir l’histoire de la marque. En outre, des événements Porsche Classic seront organisés, comme lors de la Monterey Car Week en Californie, un événement de notoriété mondiale qui rassemble des voitures de collection. Selon les contraintes liées à la crise sanitaire mondiale, les pilotes d’antan pourront également faire des démonstrations en direct ou en virtuel. Ils partageront leurs émotions et leur expérience avec les fans de Porsche et les amateurs de courses automobiles.

Le musée Porsche a posté le premier épisode Porsche Moment avec Timo Bernhard et Fritz Enzinger sur le compte Instagram @porsche.museum le mercredi 16 juin 2021. Cinq épisodes suivront au rythme d’un par semaine (chaque mercredi). L’événement Porsche Moments se poursuivra à Weissach. Timo Bernhard rencontrera les protagonistes et les témoins d’époque, comme Norbert Singer, Walter Röhrl et Hans-Joachim « Strietzel » Stuck. Des modèles de légende seront également à l’honneur : 917 KH (1971), 936/81 et 924 GTP (1981), 962 (1987), 911 GT1 (1998), sans oublier la 919 Hybrid (2017). L’exposition itinérante fera la part belle aux anecdotes qui ont contribué à écrire la légende de Porsche sur le circuit du Mans et à resituer chacune des victoires dans une perspective historique. Le roadshow sera largement suivi et commenté sur les médias sociaux de l’entreprise pour permettre aux amoureux de la marque de suivre le parcours de cette exposition itinérante.

Derrière une façade en verre, qui donne sur l’atelier du musée Porsche, les passionnés pourront également suivre « l’histoire à succès de Porsche au Mans ». Le roadshow y fera une halte avec six modèles Porsche vainqueurs au Mans, au général ou dans leur catégorie.

Pour en savoir plus et obtenir des vidéos et photographies d’illustration, rendez-vous sur la newsroom Porsche : newsroom.porsche.fr

Related Content

Consommation et émissions

911 Carrera GTS (provisional values)

WLTP*
  • 11,0 – 10,5 l/100 km
  • 251 – 239 g/km

911 Carrera GTS (provisional values)

Consommation et émissions
Consommation de carburant en cycle mixte (WLTP) 11,0 – 10,5 l/100 km
Émissions de CO₂ en cycle mixte (WLTP) 251 – 239 g/km
A
B
C
D
E
F
G 251 – 239 g/km

Macan Turbo Electric

WLTP*
  • 0 g/km
  • 20,7 – 18,8 kWh/100 km
  • 518 – 591 km

Macan Turbo Electric

Consommation et émissions
Émissions de CO₂ en cycle mixte (WLTP) 0 g/km
Consommation électrique en cycle mixte (WLTP) 20,7 – 18,8 kWh/100 km
Autonomie électrique en cycle mixte (WLTP) 518 – 591 km
Autonomie électrique en cycle urbain (WLTP) 670 – 765 km
A 0 g/km
B
C
D
E
F
G