Porsche célèbre le 25e anniversaire de sa gamme roadster avec un modèle anniversaire en édition spéciale : le Boxster Edition 25 ans. Cette édition limitée à 1 250 exemplaires dans le monde est dérivée de la variante GTS 4.0, qui est équipée d’un moteur six cylindres à plat de 4,0 l développant 400 ch (294 kW). Le modèle anniversaire reprend de nombreux éléments stylistiques qui rappellent le design du concept Boxster présenté par Porsche au Salon de l’automobile de Détroit (Detroit Motor Show) de 1993. Cette présentation marque le premier chapitre de l’histoire couronnée de succès du modèle biplace à ciel ouvert de la marque. La version de série lancée en 1996 reprenait quasiment à l’identique l’apparence visuelle du concept. Aujourd’hui dans sa quatrième génération, le Boxster a été produit à plus de 357 000 exemplaires.

La nouvelle édition spéciale se distingue notamment par sa réinterprétation de la couleur Néodyme, un brun chatoyant légèrement cuivré. Sur le concept novateur présenté en 1993, cette teinte apportait un contraste saisissant avec la livrée Argent GT métallisé du roadster. Dans l’édition spéciale, on la retrouve sur le bouclier avant, les entrées d’air latérales à simple lame, les monogrammes et les jantes en alliage léger bicolores de 20 pouces. Proposé en Argent GT métallisé, le Boxster Edition 25 ans est également disponible en Noir Intense métallisé et Blanc Carrara métallisé. Autre spécificité marquante : le bouchon du réservoir est orné du monogramme Porsche issu du catalogue Exclusive Manufaktur et arbore une finition aluminium brillante, à l’instar des sorties du système d’échappement sport. L’encadrement du pare-brise bénéficie quant à lui d’une teinte contrastante en Noir.

Dans la droite ligne du concept d’origine, l’édition spéciale associe un intérieur cuir Bordeaux et une capote en tissu rouge. La capote est ornée d’un monogramme embossé « Boxster 25 ». L’intérieur et la capote sont également proposés en Noir. En outre, la dotation de série enrichie du nouveau modèle comprend notamment un pack intérieur Aluminium, des sièges sport à réglage électrique 14 positions, des baguettes de seuil de porte ornées du monogramme « Boxster 25 » ou encore un volant sport GT chauffant multifonction en cuir.

Cette édition anniversaire est équipée d’un moteur six cylindres à plat de 4,0 l offrant des sensations de conduite incomparables. Emprunté au 718 Boxster GTS 4.0, ce bloc est également disponible dans une variante plus puissante sur le 718 Spyder, une déclinaison sportive à l’état pur de la gamme 718. Outre sa spontanéité hors pair, sa puissance exceptionnelle et sa sonorité généreuse, ce moteur atmosphérique séduit par sa vaste plage de régime et sa puissance de 400 ch (294 kW), pour une expérience de conduite riche en émotions. Porsche propose le Boxster Edition 25 ans avec une transmission manuelle six rapports ou une boîte de vitesses Porsche à double embrayage sept rapports (PDK). La vitesse de pointe du nouveau modèle s’établit à 293 km/h. Avec la boîte PDK et le pack Sport Chrono fourni de série, le Boxster Edition 25 ans abat le 0 à 100 km/h en 4 secondes. La dotation de série comprend également le système de réglage électronique de la suspension Porsche Active Suspension Management (PASM), avec surbaissement de 10 mm, et le système de contrôle vectoriel du couple Porsche Torque Vectoring (PTV) avec différentiel arrière à glissement limité mécanique. Ces systèmes offrent un excellent niveau de confort tout en permettant une conduite sportive et dynamique.

Le nouveau Boxster Edition 25 ans est disponible dès aujourd’hui à la commande. Les premières livraisons dans le réseau de distribution sont prévues pour le printemps 2021. En France, il est proposé à partir de 96 918 EUR. Les prix s’entendent TTC et comprennent les équipements spécifiques au marché français.

Un quart de siècle de plaisir de conduite : la gamme Boxster fête ses 25 ans
Le Boxster est un modèle qui tient une place particulière dans l’histoire de Porsche. En effet, son lancement sur le marché a marqué le repositionnement stratégique du constructeur de voitures de sport et a permis à la marque de surmonter une période difficile sur le plan économique au milieu des années 1990. Ce roadster agile à moteur central est également le premier modèle Porsche à être doté de série d’un moteur six cylindres à plat refroidi par eau et à bénéficier d’un concept intelligent de standardisation des pièces entre les différentes gammes de la marque. Un an après le Boxster, la génération 996 de la 911 bénéficiera à son tour de ce concept et permettra à l’entreprise de renouer avec la rentabilité de sa production.

Avec son positionnement tarifaire compétitif, la sportive biplace séduit immédiatement une nouvelle clientèle plus jeune. Sur le plan stylistique, le Boxster s’inspire de l’héritage déjà prestigieux de la marque. Ainsi, le concept présenté à Détroit évoque l’esthétique de la 550 Spyder et du modèle de course 718 RS 60 Spyder. L’étude présentée en janvier 1993 reçoit un accueil si favorable que le Directoire de Porsche intervient dans le développement du design du modèle de série avec un mot d’ordre sans appel : « Construisez le modèle de série en l’état. » Les années qui suivront confirmeront le bien-fondé de cette décision.

Dévoilé en août 1996, le modèle de série affiche une forte proximité stylistique avec le concept présenté au Salon de Détroit. Sa proue identique à celle de la génération 996 de la 911 ne laisse aucun doute sur sa filiation : le Boxster est une authentique Porsche. Par ailleurs, son moteur à plat en position centrale, initialement doté d’une cylindrée de 2,5 l et d’une puissance de 204 ch (159 kW), satisfait aux nouvelles normes d’émissions plus strictes grâce à son concept de refroidissement par eau, à sa technologie quatre soupapes et à sa distribution variable.

Dans les années qui suivent, le Boxster bénéficie de plusieurs améliorations et monte en puissance. En 1999, le moteur de la première génération du Boxster (986) est réalésé à 2,7 l pour une puissance de 220 ch (162 kW), puis 228 ch (168 kW). Quant au Boxster S lancé par la marque, il bénéficie d’un bloc six cylindres de 3,2 l délivrant 252 ch (185 kW), puis 260 ch (191 kW).

En 2004, la marque présente la génération 987, qui séduit par son design élégant, ses jantes de 17 pouces et son intérieur redessiné. Ce nouveau Boxster peut également être doté en option du système de régulation active de l’amortissement (PASM), des freins en céramique PCCB (Porsche Ceramic Composite Brake) et du pack Sport Chrono. La cylindrée demeure inchangée, et sur les deux variantes, les moteurs délivrent respectivement 240 ch (176 kW) et 280 ch (206 kW). À la fin du cycle de production de la génération 987, ils offrent respectivement une puissance de 255 ch (188 kW) pour une cylindrée de 2,9 l et de 310 ch (228 kW) pour une cylindrée de 3,4 l. Enfin, la boîte robotisée PDK remplace la transmission automatique Tiptronic S de la génération précédente.

En 2012, Porsche présente la génération 981, qui bénéficie d’une refonte stylistique complète. Avec sa nouvelle caisse de conception légère, son châssis entièrement retravaillé et ses lignes affûtées, le nouveau modèle est plus abouti, plus athlétique, plus rapide, et son caractère plus affirmé que jamais. Il est également doté d’une capote en tissu à commande électrique, avec compartiment de rangement sans capot, d’un porte-à-faux raccourci et d’un pare-brise davantage incliné vers l’avant. Les moteurs boxer six cylindres gagnent en sobriété et sont dotés d’un système d’injection directe de carburant. Au lancement, les blocs de 2,7 l et 3,4 l développent respectivement 265 ch (195 kW) et 315 ch (232 kW). En avril 2014, Porsche dévoile le Boxster GTS, qui offre une puissance de 330 ch (243 kW). Le fleuron de la génération 981 est sans conteste le Boxster Spyder : avec son bloc de 3,8 l, il fait forte impression avec ses 375 ch (276 kW).

En janvier 2016, avec la génération 982, Porsche opère un changement radical de sa gamme. Outre leur design repensé, les modèles de la gamme sont dotés pour la première fois de moteurs turbo quatre cylindres à plat : un bloc de 2,0 l délivrant 300 ch (220 kW) et un moteur de 2,5 l développant 350 ch (257 kW) grâce à une technologie de turbocompresseur à géométrie variable. Peu après, la marque dévoile le Boxster GTS, qui bénéficie d’une puissance de 365 ch (269 kW). À la mi-2019, le nouveau Boxster Spyder devient la variante la plus puissante de la gamme grâce à son bloc 6 cylindres à plat de 4,0 l délivrant 420 ch (309 kW), dont est également équipé le 718 Cayman GT4, le fleuron de la gamme des sportives biplace à toit dur. Depuis 2020, le 718 Boxster GTS 4.0 est également doté de ce moteur six cylindres en position centrale, offrant ainsi une puissance de 400 ch (294 kW).

718 Boxster Edition 25 ans – Valeurs WLTP : Conso. combinée : 10,1 l/100 km (boite PDK) ou 10,9 l/100 km (boite mécanique) - Émissions de CO2: 230 g/km (boite PDK) ou 247 g/km (boite mécanique).
718 Boxster GTS 4.0 – Valeurs WLTP : Conso. combinée : 10,1 l/100 km (boite PDK) ou 10,9 l/100 km (boite mécanique) - Émissions de CO2: 230 g/km (boite PDK) ou 247 g/km (boite mécanique).
718 Spyder – Valeurs WLTP : Conso. combinée : 10,7 l/100 km (boite PDK) ou 11,1 l/100 km (boite méca-nique) - Émissions de CO2: 242 g/km (boite PDK) ou 251 g/km (boite mécanique).
718 Cayman GT4 – Valeurs WLTP : Conso. combinée : 10,7 l/100 km (boite PDK) ou 11,1 l/100 km (boite mécanique) - Émissions de CO2: 242 g/km (boite PDK) ou 251 g/km (boite mécanique).

Plus d’informations sur le site www.porsche.fr.

Valeurs déterminées suivant la méthode de mesure légale obligatoire. Depuis le 1er septembre 2018, les véhicules sont homologués selon la norme WLTP (Worldwide Harmonized Light Vehicles Test Procedure). Dans la mesure où les valeurs WLTP sont données sous forme de plages de valeurs, elles ne se rapportent pas à un seul véhicule et ne font pas partie intégrante de l’offre : elles ont pour seul objectif de permettre des comparaisons entre les différents types de véhicule. Certaines options et équipements peuvent faire varier certains paramètres du véhicule tel que le poids, la résistance au roulement ou la résistance à l’air et, en plus des conditions météorologiques, des conditions de circulation ou du style de conduite, peuvent faire varier la consommation de carburant, d’électricité, les émissions de CO₂ et les performances du véhicule.

Related Content

Consommation et émissions